52 chercheurs, de tous les pays du monde ont écrit à l’OMS pour protester contre la politique de l’organisation états en matière de cigarette électronique.

D’après eux, un milliard de décès seraient évitables

L’OMS prévoit en effet, un milliard de vies perdues à cause du tabac d’ici à 2100.

Mais d’après ces chercheurs, ce nombre peut être considérablement réduit…grâce à la cigarette électronique.

Ils demandent à l’OMS de ne plus ranger la vapoteuse dans les même catégorie que les produits contenant du tabac (cigarettes classiques, tabac à rouler, pipes, cigares…).

Ce qu’ils disent de la cigarette électronique

Un des scientifiques, Gerry Stimson, professeur émérite à l’Imperial College de Londres, a fait valoir que:

“Si l’OMS arrive à ses fins et éradique la vapoteuse, elle détruira non seulement ce qui est l’une des plus grandes innovations de santé publique de ces trente dernières années, mais elle entrera aussi en contradiction avec sa propre charte, qui comprend le droit de permettre aux consommateurs de prendre le contrôle de leur propre santé “.

“L’ utilisation d’e-cigarette est une révolution qui pourrait sauver des millions de vies», a déclaré John Britton, professeur d’épidémiologie à l’Université de Nottingham, Royaume-Uni.

“La vitesse de propagation de cette innovation montre à quel point les fumeurs sont demandeurs de produits nicotinés non mortels. J’espère que l’OMS et tous les décideurs de la santé publique reconnaîtront et exploiteront les possibilités offertes par les cigarettes électroniques en terme de santé publique.

Cette démarche a eu des implications sur certains gouvernement européens, en particulier celui du pays de Galles, qui pousse le vote de lois défavorables à la vapoteuse. Une législation similaire en Espagne a conduit à une diminution de 70% des ventes de e-cigarettes.

Appel des chercheurs (PDF)

Pour en savoir plus concernant cette défense de la cigarette électronique (en anglais)

 

Vous vous sentez seuls et perdu quand vous vapotez? Vous sentez des regards curieux se poser sur vous?
Vous n’êtes plus seul à utiliser la cigarette électronique.

Au moins 500 000 vapoteurs en France, plus d’un million outre atlantique, 300 000 chez nos cousins britanniques…dont un certain nombre de célébrités s’y sont mis.

Une liste non exhaustive de stars adeptes de la cigarette électronique

Léonardo Di caprio

Pas besoin de le présenter, et on a même la preuve:

Leonardo di caprio vapote du e-liquide

Johnny Depp

Soyons franc, la scène est tirée de son dernier film.

Johnny Depp cigarette électronique

Charlie Sheen

Charlie Sheen e liquide

Kate Moss

Mais puisqu’on vous le dit:

Kate Moss eliquide

Robert Pattinson

A tout avoué lors du tournage de son dernier film:

Robert pattinson consomme e-liquide

Johnny H et Louis B

Deux en un:

Johnny Hallyday E Cigarette

Catherine Deneuve

Ma préférée pour la fin…

Catherine Deneuve

Vous en connaissez d’autres? Dites nous tout.


À lire sur site internet du monde, l’interview du docteur Dautzenberg, défenseur de la cigarette électronique

« Fumer, c’est un peu comme prendre l’autoroute à contresens. Vapoter, c’est rouler à 140 km/h au lieu de 130 km/h. » Bertrand Dautzenberg, professeur de pneumologie à l’université Pierre-et-Marie-Curie, pneumologue à La Pitié-Salpêtrière (Paris) et président de l’Office français de prévention du tabagisme (OFT), se plaît à rappeler cette comparaison.

cigarette électronique

Encore appelée vapoteuse, ou e-cigarette, la cigarette électronique « bouleverse complètement la donne de la guerre au tabac », explique-t-il dans un livre, L’e-Cigarette pour en finir avec le tabac ?, sorti le 26 février (Ixelles éditions, 222 pages, 9,90 euros).

Inventée par un pharmacien chinois, Hon Lik, la cigarette électronique est apparue en France en 2010 et connaît depuis un fort engouement. Entre 8 et 9 millions de Français (18 %) ont déjà vapoté, et 1,1 à 1,9 million sont des utilisateurs réguliers, selon l’enquête Etincel, réalisée par l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT). Conséquence, les ventes de tabac ont reculé de 6,2 % en 2013, estime l’OFDT.

Une baisse que le professeur Bertrand Dautzenberg voudrait voir se poursuivre. « On va y arriver, la fin du tabac va exister dans les décennies à venir dans le monde », espère ce pneumologue de 66 ans, qui se bat depuis quarante ans contre le tabac. Il concède avoir commencé à plancher sur le sujet de l’e-cigarette en 2012, en présidant un rapport d’experts pour l’OFT. Il reconnaît aussi avoir changé d’avis. « J’ai changé, mais c’est aussi le produit qui a changé, il marche bien depuis 2012 », précise-t-il. Certes, c’est « un produit toxique et addictif », mais « 100 à 1 000 fois moins dangereux que le tabac ».

« Oui, il a changé, il avait une position très négative sur l’e-cigarette, mais il a vu que c’était efficace dans le sevrage tabagique, que ce milieu n’était pas infesté par l’univers du tabac… Aujourd’hui, on se voit régulièrement », indique Brice Lepoutre, président de l’Association indépendante des utilisateurs de la cigarette électronique (Aiduce). Le livre du professeur Dautzenberg « vise à aider les fumeurs à goûter au plaisir de vapoter, au plaisir de s’éloigner de la tueuse qu’est la cigarette ». Tel est son but : éradiquer le tabac, une « arme de destruction massive », responsable de 100 millions de morts au XXe siècle, de 73 000 morts par an en France.